Le projet UFAR 20+ sur les rails

L’Université française en Arménie (UFAR) et la Région Île-de-France organise le 12 juin 2019 un dîner de gala en faveur du projet UFAR20+, la construction du nouveau campus universitaire, implanté dans le technopôle de TUMO à Erevan, en Arménie. Le Fonds Arménien apporte son soutien logistique à la réussite de ce projet.

Je participe 2

À l’aune de son 20eanniversaire, l’UFAR a l’ambition de devenir une université au rayonnement international, porteuse d’innovation pédagogique, solidairement engagée auprès des familles et garante de diplômes conduisant à l’emploi. Pour atteindre cet objectif, elle a entamé une collaboration avec le centre TUMO, cet espace d’innovation pédagogique qui développe des approches d’enseignement en rupture des modèles conventionnels. En mars 2019, la première pierre du Centre de Convergence a été posée, un projet de collaboration TUMO – UE qui intégrera la faculté d’informatique et mathématiques appliquées de l’UFAR. Ce centre réunira le secteur académique, les étudiants, l’industrie, l’écosystème des startups et posera les bases de la future Silicon Valley arménienne, dont l’UFAR sera le pôle francophone.

EXIF4954

Le partenariat UFAR-TUMO continue dans le projet UFAR20+ de construction du nouveau campus universitaire à proximité du centre TUMO. En plus de nouveaux bâtiments de 12 000 m², UFAR20+ est le projet du nouveau visage de l’université. Outre l’amélioration des conditions d’études et la mise en place de parcours adaptés, ce projet a pour objectif d’innover avec un système inclusif qui permet la proximité des étudiants et des entreprises. Il comporte aussi une dimension sociale vis-à-vis des familles arméniennes, en proposant un partage solidaire et responsable des coûts. Enfin il veut s’ouvrir à l’international, tablant sur 15 % d’étudiants étrangers d’ici 2024.

La campagne de levée de fonds initiée en février 2019, sous le haut patronage du président de la République Emmanuel Macron, suit son cours. Début mai, les promesses de dons s’élevaient à plus d’un million d’euros, grâce notamment aux contributions des collectivités françaises et de la région Île de France qui s’est engagée à participer au financement du projet via une enveloppe de 500 000 euros.

 

Je participe 2